Les types de prêts immobiliers et d’aide à l’accession

Lors d’un achat immobilier, il est souvent de mise de réaliser un emprunt bancaire. En effet, il est assez rare d’effectuer un achat comptant. Il existe à ce jour différents types de prêts immobiliers : le prêt immobiliers bancaire et le prêt d’aide à l’accession.

Tout d’abord, il convient de différencier ces deux types de prêt immobiliers. Folhomee vous livre tout ce qu’il faut savoir sur les emprunts bancaires relatifs à l’achat d’un bien immobilier.

Programmes immobiliers neufs chez Folhomee
programme immobilier neuf

Les différents types de prêts immobiliers en détails

Pour acheter un bien immobilier, qu’il s’agisse d’un appartement ou d’une maison, vous aurez peut-être recours à un emprunt.

Les prêts les plus fréquemment accordés sont le prêt amortissable et le prêt relais. Retour en détails sur ces deux types de prêts immobiliers. Bien comprendre leur fonctionnement est essentiel avant de vous lancer dans votre projet d’achat immobilier.

Le prêt amortissable, qu’est-ce que c’est ?

Le prêt amortissable est le type de prêt immobilier le plus courant et donc le plus classique. Son fonctionnement est très simple : la banque prête une certaine somme à l’acquéreur, qui rembourse chaque mois une mensualité, ainsi que des intérêts d’emprunt.

Avec ce type de prêt immobilier, les mensualités et les intérêts sont calculés sur toute la durée de l’emprunt. Comme pour la grande majorité des prêts, les premières mensualités correspondent aux intérêts bancaires. Durant plusieurs mois, ou années selon le montant du prêt, l’acquéreur rembourse uniquement les intérêts bancaires.


Ce n’est qu’une fois les intérêts payés, que le remboursement du capital débute. Cela permet aux banques de s’assurer de percevoir leurs intérêts en cas de problème. En cas de souci, notamment si l’acquéreur ne peut plus rembourser ses mensualités, le capital sera remboursé à la banque par les assurances.

Prêt amortissable, qu'est ce que c'est ?

En termes de durée, le prêt amortissable peut s’étendre sur 5, 10, 15, ou 20 ans, voire plus selon la situation.

À vrai dire, il est souvent compliqué de trouver le type de prêt immobilier qui nous convient, ainsi que la banque qui propose la meilleure option. Folhomee vous propose un accompagnement de A à Z, de la recherche de votre bien à son ameublement, en passant par son financement.

Folhomee, agrégateur expert en immobilier neuf

Comprendre ce qu’est le prêt in fine

Le prêt in fine est un autre type de prêt immobilier, qui s’oppose en quelques sortes au prêt amortissable, puisqu’il s’agit d’un crédit non amortissable. Autrement dit, le capital n’est pas remboursé par des mensualités.

Il s’agit d’un crédit assez spécifique, qui ne s’adresse pas à tous les investisseurs. Le prêt in fine concerne surtout les gros investisseurs car il présente des vertus fiscales. Avec le prêt in fine, les investisseurs ne remboursent le capital qu’à la fin du crédit, soit 10, 15 ou 20 ans après la signature du prêt.

Alors, comment fonctionne le prêt in fine ?

Pendant toute la durée de l’emprunt, l’acquéreur paye les intérêts à sa banque et possède des produits d’épargne.


Cela permet de ne pas comptabiliser le bien en cours d’achat dans le calcul de l’impôt sur la Fortune Immobilière (IFI) et de déduire davantage d’intérêts d’emprunt des revenus fonciers.

Le prêt relais, un type de prêt immobilier qui peut être très pratique

Le prêt relais est un type de prêt immobilier qui intervient dans la situation suivante : vous avez un bien immobilier que vous devez vendre pour acheter un nouveau logement.

Le fonctionnement de cet emprunt est assez simple. Le banquier avance une partie du prix de vente de votre bien immobilier sous la forme d’un prêt relais, donc un prêt dont vous ne payez que les intérêts.


Une fois que vous avez vendu votre bien actuel, il faudra solder le capital du prêt relais. À noter que le taux d’intérêt de ce type de prêt immobilier est bien souvent plus élevé qu’un emprunt bancaire classique.

Folhomee, agrégateur expert en immobilier neuf

Prêt d’aide à l’accession, qu’est-ce que c’est ?

Outre les prêts immobiliers, il existe des prêts d’aide à l’accession, mais qu’est-ce que c’est exactement ?

Folhomee vous présente ci-dessous les deux types de prêts d’aide à l’accession les plus fréquents. Prêt à taux zéro et TVA réduite n’auront bientôt plus de secret pour vous !

Le prêt à taux zéro, une aide financière intéressante

Le prêt à taux zéro, également appelé PTZ, est un prêt d’aide à l’accession. Comme son nom l’indique, il s’agit d’un prêt immobilier pour lequel le taux d’intérêt est de 0%. Bien évidemment, des conditions viennent encadrer ce type de prêt immobilier assez spécifique.

Pour pouvoir prétendre au prêt à taux zéro, il faut :

  • respecter des conditions de ressources précises ;
  • acheter un bien immobilier neuf qui se trouve dans une zone éligible ;
  • être primo-accédant, donc propriétaire pour la première fois.

Actuellement, il existe 4 zones pour le PTZ, retrouvez tous les détails ici. Attention : le prêt à taux zéro ne peut pas couvrir l’ensemble d’un achat immobilier.


Voici les pourcentages du coût total pris en charge par le PTZ :

PTZ coût total pris en charge

La TVA réduite, comment en profiter ?

Acheter un bien immobilier est un acte soumis à 20% de TVA. Dans certaines situations, il est possible de profiter de la TVA réduite, soit d’un taux de 5,5% : globalement, cela permet souvent d’économiser plusieurs milliers d’euros.

Comme tous les prêts d’aide à l’accession à la propriété, il est de mise de remplir certaines conditions pour pouvoir accéder à la TVA réduite :

  • le bien immobilier doit se trouver dans, ou dans un rayon de 300 mètres, une zone d’aménagement et de rénovation urbaine (ANRU), ou dans un quartier prioritaire de la politique de la ville (QPV) ;
  • l’achat doit être réalisé pour une résidence principale ;
  • l’acquéreur doit respecter un certain plafond de ressource ;
  • le prix au mètre carré ne doit pas dépasser un certain plafond.
Les plafonds de prix pour l’allègement de la TVA

Les plafonds de prix pour l’allègement de la TVA

Besoin d’aide pour vérifier votre éligibilité ?

Demandez à nos experts
Folhomee, agrégateur expert en immobilier neuf

Garantie bancaire, apport, taux d’endettement : informations pratiques sur les prêts immobiliers

Contracter un emprunt bancaire n’est pas toujours chose aisée. Dans les faits, il n’est pas rare que les acquéreurs se posent des questions et se sentent un peu perdus.

Nous vous livrons les informations pratiques pour tous les types de prêts immobiliers. Garantie bancaire, taux d’endettement, apport… Zoom sur les différents types de prêts immobiliers d’un point de vue pratique.

Prêt immobilier : calculer son taux d’endettement

Le taux d’endettement se détermine par le poids des charges mensuelles de l’emprunt bancaire par rapport aux revenus de l’acheteur. Il est calculé dans le but de s’assurer que l’acquéreur pourra honorer les mensualités de son prêt immobilier.

Durant de longues années, le taux d’endettement était fixé à 33%. Depuis la crise liée au Covid-19, dans le but de limiter la tendance des banques à freiner l’accès aux crédits, le taux d’endettement a été revu à la hausse. Désormais, les personnes peuvent profiter d’un taux d’endettement de 35%.

Pour calculer son taux d’endettement, la méthode est relativement simple :

Salaire mensuel net avant impôts x 0,35 = Mensualité maximale.

Apport et garantie bancaire pour les prêts immobiliers

Aujourd’hui, 98% des banques demandent un apport personnel pour les prêts immobiliers : il s’agit d’une somme qui prouve à l’établissement bancaire que votre profil est sérieux.

Si vous n’avez pas la possibilité de fournir un apport, il est possible d’avoir recours à la garantie bancaire.
Il existe deux catégories de garanties bancaires :

La sûreté personnelle

Un organisme se porte garant du remboursement de l’emprunt. Si l’acheteur ne parvient pas à payer ses mensualités, l’organisme se substituera à lui pour verser le capital restant dû à la banque

La sûreté réelle

Bien souvent, cela correspond à l’hypothèque d’un bien immobilier. Si l’acheteur ne rembourse plus ses mensualités, le logement sera ainsi saisi et vendu aux enchères.

Ces deux types de garanties bancaires sont accordées uniquement pour le montant du capital emprunté. Acheter un bien immobilier suppose en effet bien souvent des frais annexes, tels que les frais de notaire, par exemple (2 ou 3% pour les biens immobiliers neufs et 8% pour l’ancien). Il apparaît en fait que l’apport personnel sert à financer ces frais, en plus de constituer une preuve de sérieux pour la banque.

footer-logo